LA PIEMONTAISE

Un souvenir des campagnes d'Italie, à travers un thème que l'on retrouve fréquemment dans les chansons de soldat : le départ toujours triste et la fiancée éplorée, inquiète de ce qui attend son amoureux. Ici, ce n'est pas la mort qui est redoutée, mais la terrible concurrence des belles italiennes. Elles devaient avoir une jolie réputation à l'époque! La campagne d'Italie dont il est question ici est celle de 1705, pendant les guerres de succession d'Espagne. Commandé par le duc de Vendôme, arrière petit fils de Henri IV, les français sont vainqueurs à Luzzara et Cassano, le Piémont est conquis, mais c'est l'échec devant Turin. Le Piémont fut évacué.
Ah Dieu que je suis à mon aise
Quand j'ai ma mie auprès de moi, auprès de moi
Tout doucement, je la regarde
Et je lui dis « Embrasse moi » (Bis)

Comment veux tu que je t'embrasse
Quand on me dit du mal de toi , du mal de toi
On dit que tu parts pour la guerre
Dans le Pièmont servir le Roi (bis)

Ceux qui t'ont dit cela ma belle
Ils t'ont bien dit la vérité, la vérité
Mon cheval est à l'écurie
Sellé, bridé prêt  à partir (bis)

Quand tu seras dans ces montagnes
Tu ne penseras plus à moi, non plus à moi
Tu penseras aux Piémontaises
Qui sont cent fois plus belles que moi (bis)

Si fait, si fait, cela ma belle
Je penserais toujours à toi, toujours à toi
Je ferais faire une belle image
Tout à la ressemblance de toi (bis)

Quand je serais à table à boire
A tous mes camarades je dirai, oui je dirais
Chers camarades venez voir
Celle que mon coeur a tant aimé... (bis)

Je l'ai z'aimée, je l'aime encore
Je l'aimerai tant que j'vivrai
Je l'aimerai quand je serai mort
Si c'est donné aux trépassés (bis) // 


Cette chanson figure sur
les CD suivants: