Recherche d'un titre, interprète ou auteur compositeur :

Les filles qui la nuit

J.Boyet - M.Aubret/L.Lelèvre fils

1936

Interprètes: Frehel, Lucienne Boyer,

de la revue "Montmartre s'amuse"


Frehel



Les filles qui la nuit s'offrent au coin des rues
Connaissent des belles histoires
Qu'elles disent parfois mêlant aux phrases crues
Des chers souvenirs que garde leur mémoire
Mais d'une voix si grave émouvante et têtue
Qu'on ne peut s'empêcher de croire
Les filles qui la nuit s'offrent au coin des rues

Une en joignant les mains évoque sa jeunesse
Passée au bord de l'océan
L'autre d'un jour meilleur évoque la caresse
Celle ci parle d'un enfant
Et toutes se dépouillent humblement et confessent
Leur plus dur leur plus doux instant

Les filles qui la nuit s'offrent au coin des rues
Connaissent de belles histoires
Qu'elles disent parfois mêlant aux phrases crues
Des chers souvenirs que garde leur mémoire
Mais d'une voix si grave émouvante et têtue
Qu'on ne peut s'empêcher de croire
Les filles qui la nuit s'offrent au coin des rues

Elles ont du porter sur leurs frêles épaules
Un fardeau souvent par trop lourd
Subir les plus mauvais et les plus tristes rôles
Sans se révolter un seul jour
Et toutes cependant dès qu'un espoir les frôle
Toutes croient encore à l'amour

Les filles qui la nuit s'offrent au coin des rues
Connaissent de belles histoires
Qu'elles disent parfois mêlant aux phrases crues
Des chers souvenirs que garde leur mémoire
Mais d'une voix si grave émouvante et têtue
Qu'on ne peut s'empêcher de croire
Les filles qui la nuit s'offrent au coin des rues
































Cette chanson existe sur les CD suivants :

Anthologie : De l'euphorie à la débacle - 1930-1940.
Par Frehel


Fréhel : la java bleue.


Les Chansons du trottoir .
Par Frehel


Lucienne Boyer.


Frehel : Collection Pathé.


Frehel : 1930-1939.

..
.