Recherche d'un titre, interprète ou auteur compositeur :

La caissière du grand café

Louis Bousquet-Louis Izoird

1903

Interprètes: Bach, Ouvrard, Fernandel, Polin,



Bach



Ouvrard



Fernandel


V'là longtemps qu'après la soup' du soir,
De d'ssus l'banc ousque je vais m'asseoir,
Je vois une femme, une merveille,
Qu'elle est brune et qu'elle a les yeux noirs.
En fait d'femm's j'my connais pas des tas,
Mais je m'dis en voyant ses appas :
Sûrement que des beautés pareilles,
Je crois bien qu'y en a pas.

Elle est belle, elle est mignonne,
C'est un' bien jolie personne,
De dedans la rue on peut la voir
Qu'elle est assis' dans son comptoir.
Elle a toujours le sourire,
On dirait un' femme en cire
Avec-que son chignon qu'est toujours bien coiffé,
C'est la caissièr' du Grand Café.

Entourée d'un tas de verr' à pied,
Bien tranquill' devant son encrier,
Elle est dans la caisse, la caissière,
Ça fait qu'on n'en voit que la moitié.
Et moi que déjà je l'aime tant
J'dis : " Tant mieux, qu'on cache le restant,
Car, si je la voyais tout' entière,
Je d'viendrais fou complètement."

Elle est belle, elle est mignonne,
C'est un' bien jolie personne,
Et quand j'ai des sous pour mieux la voir
Je rentre prendre un café noir
En faisant fondre mon "suque"
Pendant deux, trois heur's je r'luque
Avec-que son chignon qu'est toujours bien coiffé,
La bell' caissièr' du Grand Café.

C'est curieux comme les amoureux
On s'comprend rien qu'avec-que les yeux,
Je la regarde, elle me regarde,
Et nous se regardons tous les deux.
Quand ell' rit, c'est moi que je souris,
Quand j'souris, c'est elle qu'elle rit,
Maintenant je crois pas que ça tarde
Je vais voir le paradis.

Elle est belle, elle est mignonne,
C'est un' bien jolie personne,
Pour lui parler d'puis longtemps j'attends
Qu'dans son café y ait plus d'clients.
Mais j't'en moqu', c'est d'pire en pire
On dirait qu'ell' les attire,
Avec-que son chignon qu'est toujours bien coiffé
La bell' caissièr' du Grand Café.

N'y tenant plus, j'ai fait un mot d'écrit,
J'ai voulu lui donner aujourd'hui
Mais je suis resté la bouche coite,
Et je sais pas qu'est c'qu'elle a compris
En r'gardant mon papier dans ma main.
Ell' m'a dit, avec un air malin :
"Au bout du couloir, la porte à droite,
Tout au fond vous trouv'rez bien."

Elle est belle, elle est mignonne,
C'est un' bien jolie personne,
Mais les femm's, ça n'a pas d'raison
Quand ça dit oui, ça veut dire non.
Maint'nant ell' veut plus que j'l'aime,
Mais j'm'en moqu', j'l'aim'rai quand même
Et j'n'oublierai jamais le chignon bien coiffé
D'la bell' caissièr' du Grand Café.
































Cette chanson existe sur les CD suivants :

Ces années là 1900-1913.
Par Bach


Les mélodies éternelles.
Par Bach


Les années folles.
Par Bach


Les comiques troupiers.
Par Bach


Vive Fernandel !
Coffret 5 CD.


Fernandel 1924-1942.


Fernandel : La bouiillabaisse.


Ouvrard.


Nos plus belles chansons Vol1 1890-1905.
Par Bach


14-18 Documents historiques et chansons.
Par Bach


Les années 10.
Par Polin


Les années DECCA 1945-1948.
Par Fernandel

..
.